• MOISSAC et ses hameaux

    plan du site  

    Pour recevoir des nouvelles hebdomadaires des mises à jour du blog, de nos rendez vous, inscrivez vous sur la newsletter cliquez ICI                                                       

    les visites déjà réalisées et prochains rendez vous

     

     

    MOISSAC et ses 13 hameaux : 

    (d'après  le livre Toponymie du Tarn et Garonne de Paul BURGAN et André LAFON). 

     

     

    • Espis : Nord Est sur la ligne de crête qui sépare les deux ruisseaux (Laujol et Combe clairon)
      • le toponyme se réfère à un groupe de pins (forme occitane dels pins) qui devait se trouver à cet endroit à la fin du XIe siècle.

     

    • La Madeleine : A Ouest. On y a trouvé des vestiges d'habitat antique.
      • le toponyme se réfère au nom du ruisseau de la"Madeleine". La Sainte patronne était Maria Magdalena (de Palestine);

     

    • Montescot : Nord Est sur le plateau, paroisse appartint à l'abbaye de MOISSAC dès le XIe siècle.
      • le toponyme est issu du latin MONTEM et de l'occitan "escot" (au moyen âge veut dire "guet". La situation du site justifie parfaitement ce sens.

     

    • Saint Amans : Nord Est de la commune, la création du hameau remonte au cours des VIII-Xe siècle.
      • le toponyme vient du patron de la commune AMANS évêque de RODEZ, qui était honré à l'abbaye de MOISSAC.

     

    • Saint Avit : au nord ouest à la limite de ST Paul d'Espis sur une crête entre 2 vallons. Située dés le  XIIIe siècle
      • le toponyme vient d'un Saint latin AVITUS (Il y avait 7 saints dont 4 évêques aux Ve et VIIe siècle).

     

    • Saint Barthélémy : au nord ouest à la limite de ST Paul d'Espis, annexe de Saint Avit.
      • le toponyme vient du saint patron BARTHELEMY un des douze apôtres. Des traditions assurent qu’après l’Ascension du Christ, il annonça l’Évangile en Inde et qu’il mourut en martyre.

     

    • Saint Christophe : au Nord sur la D41, l'église est citée depuis l'an 933, annexe de Viarose
      • le toponyme vient du saint patron CHRISTOPHOROS, avec le sens de "qui porte le Christ". Mais ce nom ne peut avoir qu' un sens mystique, puisque c'est un martyr du IIIe siècle, évangélisateur du proche orient,

     

    • Saint Germain : à l'ouest de la commune, en zone inondable. L'église a complétement disparu,  reste des vestiges qui sont devenus des dépendances d'une ferme.
      • le toponyme vient du saint patron GERMAIN : il en a 16 de reconnus; Le plus célèbre en FRANCE est un évêque de PARIS du Ve siècle. Il s'y illustre par une série de guérisons miraculeuses ou non, par la libération systématique des prisonniers et des esclaves. Il fonde aussi l'abbaye de Sainte-Croix-Saint-Vincent qui deviendra Saint-Germain des Prés. 

     

    • Saint Julien : Situé à l'extrémité Nord, près de Montesquieu sur la crête que suit la D957, paroisse citée dès 1256.
      • le toponyme vient du saint patron JULIEN, mort en l'an 304, originaire de Vienne sur le Rhône et, pour ne pas s'exposer inutilement à la persécution de Dèce, il s'enfuit. Mais il fut rattrapé près du village de Brioude en Auvergne. Les soldats le décapitèrent. Son culte fut si grand que près de quatre-vingt dix localités et communes portent son nom en France. 

     

    • Saint Laurent : au Nord de l'agglomération traversé par le Chemin de Malause. La paroisse est apparue au cours des VIII-Xe siècles.
      • e toponyme vient du saint patron LAURENT (vient du latin "laurier"). Quinze saints ont porté ce nom. Il s'agit ici d'un diacre de Rome, martyr sous Valérien, vers 258, brûlé sur un gril et très vénéré au moyen âge.

     

    • Saint Martin : A la sortie ouest de la cité, elle date sans doute de VIe siècle. L'église est sans doute le sanctuaire chrétien du département. Des fouilles sont en cours, l'église aurait été construite sur un établissement gallo-romain.
      • le toponyme vient su saint patron MARTIN, né en Pannonie, l'actuelle Hongrie, sur les frontières de l'empire romain où son père était en garnison. A 15 ans, il est soldat car la loi romaine obligeait les fils de soldats à s'enrôler dans l'armée. Il est muté en Gaule et c'est là, qu'à Amiens, il rencontre le pauvre grelottant à qui il donne son manteau et dont il apprend durant la nuit que c'est le Christ qui lui a fait cette demande. Il hésitait à devenir chrétien, il s'y décide enfin. Il quitte l'armée pour rejoindre saint Hilaire à Poitiers. Avec lui, il fonde le premier monastère des Gaules, à Ligugé, en Poitou. C'est là qu'il sera enlevé par les habitants de Tours qui en font leur évêque. Mais l'ancien soldat devenu chrétien ne s'enfermera pas dans sa cité. Il évangélisera parcourant les campagnes jusqu'à sa mort, à Candes, sur les bords de Loire, disant: "Seigneur, s'il le faut, garde-moi en vie, car je ne refuse pas le labeur.

     

    • Sainte Livrade : A l'est de la commune dans la plaine, entre le ruisseau le Lemboulas et la Garonne. L'église initiale, construite en haut de la colline voisine, était bien plus ancienne.
      • le toponyme vient d'une martyre née en ESPAGNE au IVe siècle, vint en Aquitaine avec ses soeurs. Elle fut décapitée et on conserve ses reliques à AGEN. Son nom est issu du latin LIBERARE "délivrée".
      • La dépêche parle du château de SAINT LIVRADE cliquer ICI

     

    • Viarose : au nord de la commune, en face d'Espis est fort dispersé. Le lieu a été occupé très tôt puisqu'on y a découvert des vestiges d'habitat antique. Son église est isolée au lieu dit Le Monge (Le Moine) date de l'époque mérovingienne.
      • le toponyme serait composé de deux éléments:
        • le premier élément "via" issu du latin désignant une route ou un chemin,
        • le second proviendrait de l'occitan "rosér" issu du latin "rosarium" désignant un "rosier, églantier" les anciens préfèrent cette version. La deuxième version peut venir de l'occitan "rodèr" issu du latin "rotarium" désignant "un péage sur une route, droit de barrière".